Voyage dans le temps et dans l’espace

 

Ne cherche pas à décrocher la lune
Il faut rester modeste devant tant de beauté
La terre mérite bien meilleure fortune
Que celle que tu te plais de lui donner

Aucun être vivant, aucune sorte d’espèce
Ne pourra le supporter plus longtemps
Il te sera rendu la monnaie de ta pièce
C’est peut-être ton dernier printemps

Pourquoi penser une seule seconde
Et vas-tu t’en préoccuper
Que la terre demeure féconde
Alors qu’elle est en train de chavirer

Sous nos multiples outrages
Que sans remords tu brutalises
Toi le voyageur, prépare ton bagage
Toi le fidèle quitte ton église

Puisque nous détruisons notre vaisseau
Le seul habitable dans l’espace
Nous serons notre propre bourreau
Et à dieu nous demanderons grâce

Nous pensons avoir le temps
Mais le temps est notre ennemi
Il ne dure jamais longtemps
Et toi tu t’es endormi

Finalement l’évolution n’a rien arrangé
Avec notre pauvre intelligence
Nous continuons de nous acharner
Pour de funestes conséquences

Ces hommes fous ayant l’espoir
Dans l’espace de trouver un autre chemin
Ne peuvent que nous décevoir
De cette envie sans lendemain

D’abord poser le pied sur mars
Est- ce que c’est vraiment utile ?
Allons-nous laisser des souvenirs épars
Sur terre, notre ancien domicile

Pouvons-nous quitter notre paradis
Pour une destination comme un tombeau
Pourquoi vivre dans un taudis
Lorsqu’on possède un vrai château

Devant l’essor du dieu croissance
Allons- nous baisser pavillon
Les hommes manquent de clairvoyance
Lorsqu’ils parlent compétition

Le temps est compté pour l’humanité
Mais le plus triste n’est-il pas
De condamner sans sourciller
Tout ce qui est vivant ici-bas

Pourrons-nous dire aux générations futures
Que nous n’ayons jamais rien fait pour
Cette terre dévastée et pleine de blessures
A laquelle nous n’avons pas donné d’amour

Nous la léguons ainsi comme une plaie
Une plaie ouverte jamais soignée
Un véritable abandon pathétique et vrai
A nos enfants désemparés

Il nous reste une dernière chance
Pour répondre à leurs suppliques, à leurs larmes
Pour faire oublier notre insouciance
Leur montrer que nous sonnons l’alarme

C’est d’un changement profond
Dont nous avons tous besoin
D’une société où nous accoucheront
D’amour, comme aux plus beaux matins.

Patrick Bazin
Saint-Nazaire
31 juillet 2016

 

© 2017 patrick Bazin

Comments (1):

  1. Ledabe44

    7 janvier 2017 at 10:28

    Merci encore a Anthony Moreau pour la musique  » Triste sans paroles « 

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inde du Sud -Kerala – Mars 2012

Nous étions quatre et sommes partis le jour de la catastrophe de Fukushima, notre but : voyage sac à dos, ne pas dépenser plus de 10 € /jour en moyenne, loger le plus possible chez l’habitant, aucune réservation, nous n’avions que 18 jours, alors nous n’avions pas une minute à perdre …

Notre voyage s’est déroulé en avion, puis bus , jeep dans la réserve du parc Periyar , tuk tuk , à pied , et même un peu …à dos d’éléphant .

Finalement nous avons été plutôt efficace dans cette aventure, notre périple : Saint-Nazaire /Pornic/Paris /New Delhi /Chennai /Mamallapuram/ Pondichéry/Thanjavur/ Madurai/Parc réserve de Periyar /Backwaters du Kerala / Allepey / Cochin puis traversée en avion d’ouest en est pour gagner du temps et rejoindre l’aéroport de Chennai / New Delhi /Paris et rentrer au bercail ….

Impressionnante Inde du sud , avec deux coups de cœur , le plus beau lever de soleil de ma vie , sur le lac Periyar , quarante minutes seul et sans un seul mot à regarder la brume se lever avec les cris des singes , oiseaux et autres animaux , avant l’arrivée du soleil .Et la belle ville de Pondichéry , ex comptoir Français en inde , au bord de la mer du Bengale .

Atmosphere Portuaire

Atmosphère Portuaire

Il est un endroit où le rythme de la vie est continu
Où le spectacle est toujours fort et intense
Vous en serez surpris, pour vous c’est l ‘inconnu
Pour moi y vivre est une récompense

Si vous aimez l’odeur des marées, qu’elle ne vous met pas la nausée
Que la vue de la tôle et de l’acier ne vous lasse pas
Pas plus que les bruits de la ferraille entrechoquée
Alors chaque port du monde tu apprécieras

Regarde cette belle et intense lumière
Admire et laisse ta pensée divaguer
Imagine combien de voyageurs sans bannière
De marins abandonnés, de paumés

Laissent flotter leurs souffles et leurs âmes
Sous ces cieux sombres et obscurs
Que dans ces ports, de véritables drames
Aient pu provoquer de tragiques blessures

L’aventure dit-on, est au bout du chemin
Ou plutôt, elle est toujours au bout du voyage
Sur les mers, chaque passager, chaque clandestin
Chaque vagabond cherche un autre accostage

Le port, c’est la rudesse et c’est l’âpreté
C’est nos mers maintes fois profanées, presque mortes
C’est aussi le symbole d’une vraie fraternité
Toutes ces histoires que les marins colportent

Combien de corsaires et de flibustiers
Y ont déversé des tonnes d’or et de trésors
Et l’image toujours présente de ces boucaniers
Revient à notre esprit, notre imaginaire retors

Il faudrait être inconscient, un peu succinct
Pour quitter trop vite ce monde à part
Oublier que ce qui nous a fait prendre ce chemin
Cette aventure, cette envie de départ

Ce n’est certainement pas le hasard
D’ailleurs le hasard existe t ‘il ?
Qui fait que nos pas nous dirigent, hagards
Vers le premier navire promettant l’aventure et l’exil

Respire toutes ces senteurs, ces épices
Comme ils te donnent l’envie de t’embarquer
Ces odeurs de cacao, de bois, annonciatrices
De pays lointains et d’îles courtisées

Les ports c’est aussi l’odeur de l’esclavage
Ces souvenirs anciens ancrés dans nos mémoires
Sûrement que l’on voudrait oublier cet héritage
La fortune de certains nous rappelle l’histoire

Au départ des ports, des pirates, des vauriens
Tout ce que la terre contenait de fripouilles
S’appropriant leurs âmes, leurs corps et leurs biens
Pour faire en sorte que l’esclave s’agenouille

Les ports ne sont pas édifiés
Pour une telle marchandise
Combien de fois a t ‘il fallut le répéter
Pour qu’enfin on soigne plus qu’on ne brutalise

Comme Marco Polo quittant la belle Venise
Pour découvrir de nouvelles routes, de nouveaux cieux
Comme bien des marins que la mer hypnotise
N’aient pas peur de ton choix audacieux

Laisse-toi porter par les vents aux Antilles
Du port à l’océan, navigue vers l’orient
Mais si jamais le jour où ta raison vacille
Avant que cette tempête ne te rende différent

Rentre au port, rejoints à nouveau ton berceau
Retrouve même l’origine de tes voyages
Imagine-toi à nouveau dans de somptueux vaisseaux
Merveilleux ! tout à coup tu retrouves ton courage …

Saint-Nazaire
7 Août 2016
Patrick Bazin